Le pouvoir de nos pensées

Cet article participe au carnaval d’articles du groupe de blogueurs « Forme Vitalité Bien-être ». Tous les mois, chaque blogueur publie un article sur un thème commun. Ce mois-ci, Moments de bien-être , nous Clignement d'œil, organisons le carnaval  dont le thème  est “le pouvoir de nos pensées”. Dans quelques jours, nous publierons un article récapitulant les contributions des autres blogueurs : n’hésitez pas à aller les découvrir !

Ainsi, aujourd’hui, pour votre bien-être, nous allons parler de nos pensées et plus précisément du pouvoir de nos pensées.

Cet article a pour but de nous réveiller et de prendre conscience de notre responsabilité vis-à-vis de notre situation quelle qu’elle soit. Car nous nous influençons nous même. Comment ? Par nos propres pensées.

Qu’est-ce-que la réalité ?

Je m’explique : quelle définition donnez-vous de la réalité ?

La réalité, ce sont les faits sur lesquels vous choisissez de vous concentrer et votre interprétation de ces faits.

Votre réalité

  • Les faits retenus

En effets, nous sommes entourés de stimuli, de faits mais n’arrêtons notre attention que sur certains d’entre eux. Par exemple, lorsque vous arrivez au travail le matin, on peut vous dire certaines des choses suivantes :

-quel froid ce matin !

-sympa ta veste !

-tu as la forme on dirait !

Pour un même environnement, votre interlocuteur s’est concentré sur le temps dans le premier cas, vos vêtements dans le deuxième et votre personne dans le troisième cas. Tous les autres éléments ont été occultés.

Autre exemple, vous visitez un logement avec votre conjoint pour acheter ou louer. Vous n’échangez pas lors de la visite car l’agent et /ou l’occupant actuel est présent. Vous débriefez ensuite et questionnez votre moitié : as-tu remarqué les fissures au plafond de la chambre / la tâche sur tel mur / la salle de bain carrelée jusqu’au plafond ?… Vous constaterez avec stupéfaction que votre conjoint n’a pas fait attention à tous ces éléments mais en a relevé d’autres que vous avez laissé de côté. Cela montre bien que nous avons tous la capacité de relever des faits mais que ce ne seront, à coup sûr, pas les mêmes.

  • Votre interprétation

Après cette première étape de choix conscient ou non de focalisation sur un fait vient celle de l’interprétation.

Un exemple : votre conjoint rentre ce soir et ne vous salue pas en rentrant. Vous vous concentrez sur le fait qu’il ne vous salue pas (au lieu de voir sa mine fatiguée par exemple) et votre interprétation et la suivante :

-option 1 : il/elle fait la gueule, ça promet une bonne soirée…

-option 2 : il/elle a l’esprit ailleurs, je lui demande comment ça va.

-Option 3 : il/elle est épuisé(e) , allons au resto souffler.

Autrement dit, nous choisissons la façon dont nous souhaitons voir les choses, à nous de la rendre agréable et positive au maximum ! Sans pour autant ignorer les choses graves (faire l’autruche).

L’esprit humain a tendance à naturellement interpréter négativement les choses. Il est plus facile pour lui de voir le négatif que le positif. C’est pourquoi, le positivisme s’apprend, il faut s’auto éduquer, autrement dit s’entrainer à voir le positif.

La part de cette éducation est de 40% d’après la littérature à ce sujet. Les gènes ont fait le reste (60%). 40%, cela représentent une marge d’action absolument énorme.

Voir la vie en rose

Alors concrètement, comment pouvons-nous justement agir et apprendre à gérer nos pensées pour voir toujours davantage la vie du bon côté ? Il existe de nombreux petits exercices simples et immédiats qui permettent, avec la pratique, de contrer efficacement la tendance naturelle à aller vers le négatif. Voici quelques-uns d’entre eux que nous appliquons :

  • « ton plus » : S’interroger chaque jour ou interroger son conjoint en lui demandant : « c’est quoi ton plus aujourd’hui ? » Cela nous force à nous repasser notre journée pour en extraire au moins un élément positif. Car chaque jour a du bon. Et finir la journée sur une parole / pensée positive est bon pour le moral ! Essayez, vous verrez !
  • Journal de gratitude : Nous écrivons chaque jour – en 2-3 minutes sur un mini bloc – au moins 5 points pour lesquels nous sommes fiers et/ou reconnaissants. Des choses, que nous avons lues, vues, vécues ou faites. Des choses que l’on a faites pour nous. Cela peut être les choses très simples comme avoir vu un magnifique lever de soleil, être arrivé au bout d’une journée de travail exténuante, avoir eu un peu de temps pour soi pour bouquiner, avoir vu un ami, un service que l’on nous a rendu, d’avoir de super enfants, un conjoint génial… (5 choses, partant de là, ça n’est vraiment pas beaucoup !)

    Cela permet :

      • de réaliser la chance que l’on a,
      • de se concentrer, dans la journée, sur tous les détails agréables que nous vivons
      • de les écrire pour y repenser et avoir la possibilité de les relire plus tard et de se rappeler avec joie de ces moments.
      • de nous concentrer sur nos émotions (par le fait de s’interroger sur ce qui nous a plu)
      • de rendre factuels des moments de joie dont nous n’avions pas forcément conscience.
  • Personnes côtoyées : Il existe des personnes qui ont une fâcheuse tendance à broyer du noir, se plaindre… et d’autres plutôt dynamiques, souriantes…. Les premières sont nocives alors que les secondes sont des ressources. Le but étant, en considérant son entourage, de faire pencher largement la balance vers les personnes ressources. Car nous sommes également influencés par ceux qui nous entourent que nous le voulions ou non. Cet entourage peut être aidant ou limitant. A nous de savoir mettre des distances avec les personnes nocives et de nous rapprocher des personnes ressources.
  • Cahier d’intention : Décrire en 15-20 min, notre vie de rêve telle qu’on l’imagine. Détailler chaque pend de sa vie : vie professionnelle, familiale, projets, santé, logement, voyages, loisirs… Cet exercice part du principe que nous portons en nous les graines de nos projets, de notre situation future, donc la décrire permet d’avoir un effet GPS et de nous guider vers ce que l’on souhaite.
  • Le vocabulaire : Il est facile de changer son vocabulaire et d’utiliser des formules positives, de bannir les négations et termes négatifs au maximum. Cela prend du temps de s’habituer mais c’est très efficace de tourner tout ce que l’on dit positivement. L’effet est garanti ! Quelques exemples :

– Il n’a fait que pleuvoir aujourd’hui => Nous avons eu beaucoup de pluie aujourd’hui

– J’ai perdu mon travail => J’ai plus de temps libre pour réfléchir et rebondir

– Je n’en peux plus => J’ai besoin de repos

– Je n’arrive pas à … => J’ai du mal / des difficultés à …

– Je suis nul(le) => J’ai quelques axes d’améliorations

-J’ai raté cet examen => J’ai une marge d’apprentissage importante

Les phrases positives entrainent plus certainement des phrases positives installant ainsi un cercle vertueux.

  • Affirmations positives : Avoir quelques phrases courtes sous formes de maxime que l’on se répète sans limite et surtout lorsque l’on est pris par un petit coup de blues et que l’état d’esprit négatif revient au galop.

Exemples

– Je me sens bien chez moi.

    – Quand la santé va, tout va.

– Je gagne ma vie et suis indépendant.

    – Je suis heureux et aime ma vie.

– J’ai plein de projets et sais où je souhaite aller

-J’ai de merveilleux enfants

    – Je suis heureux avec ma moitié…
  • Cahiers de projets/réalisations : comme nous le disions lors d’un de nos précédents articles, nous notons dans un cahiers les projets que nous avons en tête un moment T comme par exemple de faire un voyage en amoureux, acheter un nouveau téléviseur, changer un meuble, aménager une chambre, arranger le jardin… Ensuite nous le réouvrons 3 à 4 mois plus tard et cochons ce qui a été  réalisé tout en notant les nouveaux projets. Parfois nous réalisons des choses que nous n’avions pas prévues ou alors certaines ne sont plus d’actualité et ont été remplacées par d’autres. Ce petit moment qui ne demande que quelques minutes par an a l’avantage de montrer que les choses avancent et qu’un long chemin a été parcouru (pour nous le rappeler les fois où nous en doutons).

Le positif viendra à vous !

Comme le disait Abraham Lincoln :

« On est généralement aussi heureux qu’on décide de l’être ».

Cette phrase est non seulement très juste car nous pouvons décider d’être heureux en ayant toujours davantage de pensées positives mais en adoptant cet état d’esprit, nous récoltons un bonus. En effet, plus nous pensons positifs, plus nous attirons également vers nous les choses positives. De même, à l’inverse, les gens convaincus que la misère du monde leur tombe toujours dessus, attirent vers eux ces mauvaises choses…

Alors installez dans votre vie ce cercle vertueux, adoptez et entrainez-vous sans modération à la pensée positive. Soyez sûrs que vos pensées sont toujours le point de départ de vos actions. Donc la force de vos pensées positives sera de vous mener vers ces choses positives. Vous êtes ce que vous pensez !

Vous êtes ce que vous pensez

Votre moment de bien être

Prenez l’habitude de penser positif. Faites en sorte que votre réalité soit belle. Entrainez-vous au positivisme (car l’esprit humain est naturellement tourné vers le négatif, le positif demande de l’entrainement/l’effort) et dites-nous dans les commentaires quel petit exercice vous avez intégré à votre quotidien pour cela !

A très vite, et… prenez soin de vous !

9 Comments

  1. Merci pour cet article très intéressant !

    « L’esprit humain a tendance à naturellement interpréter négativement les choses. Il est plus facile pour lui de voir le négatif que le positif » De nombreux auteurs pensent que cette tendance est un héritage de millions d’années d’évolution dans un contexte sauvage, où des dangers mortels pouvaient être pus présents. Ce tropisme naturel est très efficace pour la survie en milieu sauvage, il semble effectivement moins approprié à la vie moderne 😉

  2. Pingback: Sommes-nous ce que nous pensons?

  3. merci pour cet article et les outils proposés. Il est vrai que lorsque l’on est optimiste la vie conspire à nous faire voir la vie en rose malgré les différentes teintes de gris existantes ;)Je pratique déjà certains de ces outils et dès ce soir je vais pratiquer le « Quel est ton plus ? » 😉 Merci

    Tisya
  4. Pingback: Comment dépasser ses limites

  5. Pingback: Comment les pensées négatives nuisent à votre santé et comment y remédier ?

  6. Pingback: 8 façons de considérer le pouvoir de nos pensées - carnaval d'articles

  7. Très chouette article, mettant l’essentiel du pouvoir de la pensée en avant. On est ce qu’on pense et on attire dans sa vie ce qu’on pense… le petit exercice de la gratitude est super, je l’applique tous les jours!!

  8. Génial !
    Super article, j’ai beaucoup aimé, d’autant plus que les exemples illustrent bien les conseils donnés. Changer son vocabulaire prend du temps, mais ça donne vraiment des résultats extraordinaires. Merci pour le rappel sur l’interprétation des faits, cela demande de prendre beaucoup de recul sur les situations pour ne pas mal-interpréter et tomber dans une spirale « infernale ». 🙂 A bientôt

  9. Pingback: Triomphez de vos soucis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *