Les épreuves nous font grandir

Tout le monde connait cette phrase de Friedrich Nietzsche :

« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort »

La douleur, la perte et le traumatisme sont susceptibles de nous rendre plus forts, ou du moins, de nous révéler que nous avons plus de forces et de ressources que nous ne le croyions.

Evoluer pour faire face à des situations inconnues

Une femme qui avait pris soin de son père âgé de 83 ans avant qu’il ne décède du cancer a décrit son expérience à une psychologue en ces termes :

Je me voyais agir en personne compétente, quand il me fallait parfois mobiliser toutes mes ressources pour tenir le coup. Je devais donner des directives au personnel médical, leur expliquer mes souhaits. Moi qui déteste me mettre en colère et ne supporte pas les situations de conflit, il fallait que j’apprenne à résister, à exiger qu’ils soignent mon père parce que c’était nécessaire . C’est pourquoi je l’ai fait. Et cela m’a donné l’impression que j’étais compétente, forte, et j’en ai éprouvé de la reconnaissance… C’est comme si j’avais été obligée de grandir.

Pour certains psychologues, ce type d’expérience représente une véritable transformation intérieure. Une perte majeure oblige souvent une personne à affronter des responsabilités et à vivre des situations nouvelles.

Une veuve qui s’est auparavant toujours définie comme une épouse parce qu’elle dépendait de son mari (financièrement, affectivement et socialement) sera contrainte, brutalement, d’acquérir de nouveaux talents. Et elle se surprendra peut-être en relevant le défi, en accomplissant des choses dont elle ne se serait jamais cru capable (vendre la voiture, remplir sa feuille d’impôts, se rendre seule à une soirée). Elle portera un nouveau regard sur elle-même, elle y gagnera en estime de soi et en maturité.

Mais peut-on vraiment parler de transformation ?

Les scientifiques le prétendent. Un traumatisme grave est comme un défi que nous lance l’existence, qui nous atteint jusqu’aux tréfonds et nous force à nous interroger : qu’est-ce qui pour nous est essentiel, fait sens, nous définit ?

Beaucoup d’entre nous disent y trouver une occasion de croître, de découvrir des forces nouvelles.

Les chercheurs ont étudié la façon dont les gens réagissent à des épreuves telles qu’un divorce, la perte d’un foyer suite à une catastrophe naturelle, la perte d’un proche…

Selon eux, ces épreuves donnent lieu à une transformation intérieure qui se définit comme suit :

Les 4 plans de transformation intérieure

On comprend alors mieux pourquoi toute la personnalité d’un être ayant subi une épreuve s’en trouve bouleversée.

Le positif à toute épreuve

En somme, le fait de chercher un côté positif au malheur est l’une des stratégies les plus opérantes pour tenir le coup. Certaines personnes disent que l’épreuve a consolidé leurs liens amicaux, devenus plus profonds, plus importants, plus significatifs après le traumatisme.

D’autres encore disent avoir beaucoup grandi à l’occasion d’une telle expérience. Ils s’étaient découverts une nouvelle maturité, une nouvelle force de caractère, la liberté d’exprimer plus pleinement leurs sentiments, de s’affirmer.

Beaucoup disaient porter un regard neuf et positif sur le monde, apprécier d’autant plus leur vie et la vivre au présent.

Quelqu’un qui avait perdu son conjoint disait que « c’est un rare bienfait que d’être en bonne santé et de vivre pleinement sa vie. J’apprécie ma famille, mes amis, la nature, la vie en général. Je perçois mieux la bonté des gens »

Une femme qui avait survécu à un grave accident d’avion décrivit son expérience :

« Quand je suis rentrée à la maison, le ciel était plus bleu. J’observais le revêtement des trottoirs avec attention. J’avais l’impression d’être dans un film ».

Cette aptitude à tirer un bénéfice de l’épreuve peut influencer votre bien-être physique et mental.

C’est une remarquable démonstration du pouvoir de l’esprit sur le corps.

En conclusion, gardez à l’esprit ceci :

Pour tirer parti d’une épreuve, il faut donc savoir entrevoir une valeur ou un gain dans le mal ou la perte qui vous touche. La possibilité de changer de vie, le sentiment que celle-ci est précieuse, qu’il faut en profiter pleinement et au présent.

Même si à première vue, il parait très difficile, pour ne pas dire impossible, de croire que l’on peut tirer de nombreux bénéfices d’un traumatisme grave.

Quoi que vous deviez traverser, dites-vous que cela peut être vu comme un signal d’alarme vous poussant à redéfinir vos priorités : généralement privilégier la famille plutôt que le travail.

Votre moment de bien-être

N’attendez pas d’être frappé par une épreuve pour tirer de positif de toutes vos situations quotidiennes. Lorsque vous sentez les pensées et paroles négatives vous envahir, demandez-vous immédiatement quels points positifs vous pourriez trouver à cette situation. Entraînez-vous a cela sans modération !

Petit bonus : faites participer votre conjoint et faites-lui part de vos pensées car on est rarement 2 à penser négatif en même temps. Vous pourrez profiter de son œil neuf et de son soutien. Ce sera donc beaucoup plus facile d’en tirer ensuite du positif !

A très vite, et… prenez soin de vous !

Recherches utilisées pour trouver cet article : les épreuves de la vie nous font grandir

2 Comments

  1. Merci pour cet article.
    Il est vrai que même si cela doit prendre du temps, les épreuves nous font grandir.
    A condition de s’entourer de personnes positives.
    Survivre et s’épanouir, car de toutes façons, nous n’avons pas le choix, la vie est là et il nous faut la saisir.
    Tenir bon et trouver ce qui nous aidera à nous faire du bien.
    Carole.

    1. Merci Carole pour cette contribution, effectivement, l’idéal est de trouver une manière d’utiliser les obstacles qui se présentent à nous comme des marches successives nous menant à nos projets de vie ! L’entourage a là un rôle primordial à jouer bien sûr.
      A très vite pour d’autres moments de bien-être !

      Fanny & Julien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *